Blog

13. août, 2019

Contre-courant c’est comme ça que l’on vit lorsqu’on ne vit pas dans le même hémisphère que celui de ses proches !

Les saisons ne sont pas les mêmes et par conséquent les vacances non plus la plupart du temps !

Ce n’est pas une chose facile ce contre-courant !

En réfléchissant, j’ai compris que le problème de l’expatriation loin n’est pas l’éloignement forcément mais ce contre-courant !

Vivre à contre temps des autres de l’autre hémisphère !

Pourtant j’aime cet hémisphère sud, j’aime Rio, j’aime l’été indéfiniment, j’aime vivre avec cette différence culturelle.

Juste que tout irait bien dans le meilleur des mondes si le courant coulait dans le même sens : les mêmes vacances c’est tout ce que je demande car pour le reste je peux m’en passer  pour être totalement franche !

Alors oui, le beurre et l’argent du beurre ça me va nickel ! Vivre à Rio et avoir 2 mois de vacances d’été en juillet et en aout pour ne rien louper des diners, des soirées, des moments où tous se retrouvent et se relâchent !

Repartir à Rio le cœur heureux d’avoir pu participer à tous ces instants et ne plus être un spectateur au cœur gros.

Repartir quand tous repartent !

Chaque mois de juillet, repartir est un déchirement pour toute la famille ! Nous ressentons tous la même chose mais chacun se tait, préférant aller de l’avant, ne pas trop penser aux autres là-bas sans nous...

Et puis après tout, ce n’est pas le bagne et puis ce n’est pas la galère et puis ce n’est pas la mort et puis c’est Rio putain !

Faut relativiser non mais ! Je vais faire pleurer qui avec ma morosité ?

Je suis une sacrée privilégiée, je vis à Rio de Janeiro, je vis au pays de la samba, du soleil tropical, de la bossa nova et...... de la saudade !

Oh mon dieu la saudade c’est le mot : saudade de mes proches !

Allez ça va passer, la saudade ne dure qu’un temps… jusqu’au jour heureux des retrouvailles !