Blog

10. nov., 2015

Il y a un truc entre cette ville et moi, c’est sûr ! Un truc pas net ! Un drôle de truc même !

Trois fois, je suis allée à New York 3 fois et à chaque fois pour un marathon ! C’est incroyable non ?

La première fois en 2003, j’étais accompagnante de mon cher et tendre, coureur du marathon. Je ne comprenais pas pourquoi tous ces gens couraient 42 km et des brouettes et je pensais même : que c’est con de courir 42 km et des brouettes ! Qu’il fallait être maso pour souffrir autant !

Je l’ai bien vu en tant que spectatrice pas super concernée, que ceux qui l’étaient, souffraient ! Punaise faut être bien barré ! Je préférais largement ma situation à celle de tous ces Forest !

J’avais acheté ces bananes gonflables pour frapper à la place des mains afin d’encourager les coureurs durant des heures ! Un festival ce marathon : des popcorns, des groupes de musiques, une belle fête foraine quoi !

Et qu’ils sont pénibles ces runners !  Pas moyen d’apprécier cette ville à sa juste valeur : régime macaronis et eau pétillante ! pfff !

La deuxième fois que j’ai vu New York c’était en 2012, je n’étais plus accompagnante mais participante ! 3 ans que je m’étais lancée dans la course à pied et voilà que l’envie de courir un marathon m’a prise ! Je voulais courir le marathon de New York ! C'est mon tour !

 Je me suis préparée comme une dingue, nickel, j’avais la niaque, l’envie, la motivation au taquet ! Mais patatrac, le seul marathon de New York qui a été annulé c’est le mien ! En larmes, merde quelle déception, tout ce travail, ces contraintes pour rien !

La troisième fois c’était il y a une semaine, en 2015 ! Plus que jamais motivée et préparée ! A moi NEW YORK enfin !

Préparez-vous les bandas ricaines, j’arrive ! Sortez les trompettes et les cotillons, les saucisses et les ballons, je vais courir le marathon de New York et je vais tout péter !

Mouais ! La suite on la connait, j’ai souffert comme pas deux…

Tous ces coureurs couverts de sacs poubelle, assis comme pour un pique-nique sur la pelouse à attendre des heures le départ de la course ! Mais pourquoi je n’ai pas fait comme le kenyan : courir, m’échauffer au lieu de pique-niquer !

Tous ces gens joyeux et euphoriques qu’ils sont fatigants ! Stoppez la musique, elle m’empêche de me concentrer sur la mienne ! Foutez le camp et laissez-moi courir et souffrir en silence bon sang !

Il y a un truc entre cette ville et moi c’est une certitude ! 

J’ai rêvé New York… vraiment ?

Un cauchemar oui ! Cool