Blog

19. janv., 2015

Cela n´a jamais été mon truc de souhaiter la bonne année ! Á vrai dire, cela m´a toujours  profondément agacé, un peu comme fêter la Saint-Valentin !

Mais comme tout le monde,  je m´y suis prêtée aussi ! Avant l´existence des  smartphones et des réseaux sociaux, j´appelais ma famille et mes meilleurs amis. Mais depuis quelques années, c´est fou on a beau avoir des trucs pour vous simplicifier la vie, je n´ai jamais été aussi procrastinatrice,  je repousse jusqu´au dernier moment, soit le 31 janvier, l´envoi de mes voeux ! Un peu comme une obligation, avec un manque de conviction total et de bienveillance hypocrite !

Cette année que nenni, hormis mes proches que j ai appelé (ma mére ne me l´aurait pas pardonné), je n´ai souhaité la bonne année á personne ! Pas envie ! Non je n´ai pas envie de souhaiter une bonne année alors qu´elle a si mal commencé pour tout le monde !

Mais non je ne vais pas encore parler de CHARLIE HEBDO même s´il est évident que j´ai été émue, choquée et indignée ! Non je ne vais pas en parler, beaucoup l´ont plus ou moins bien fait,  avec plus ou moins de légitimité. Pas besoin d´en rajouter ! On a eu notre part de larmoyant, de complaisant, de ridicule, de sincérité, d´émotion partout dans la presse et sur les réseaux sociaux.

On a même eu droit á des obséques «one-man show» de la part de Patrick PELLOUX, á la maniére d´accordéonissimo de Serge Lama ! Moi qui était persuadée que c´était un urgentiste ,  je me suis plantée ?

LA VACHE ! j´ose écrire un truc pareil !

Punaise oui c´est sacrément culotté car on a beau chercher sur le web la moindre critique venant de la  presse ou autre et on ne trouve que des « Emouvant hommage de Patrick PELLOUX á CHARP » ! Louche non ? Je suis peut-être la seule á penser cela c´est possible aussi !

Bref, je ne présenterai pas mes voeux cette année ni les autres années c´est décidé !

Mes amis ou pas, cher tout le monde, je vous souhaite d´être heureux, écolos, et en bonne santé toute votre vie !

Merde ça ressemble un peu á des voeux quand même !