Blog

14. déc., 2014

Non je n´ai rien vu ! Je ne l´ai pas vu venir cette bourre á vrai dire ! waouh !!!

Je ne me souviens pas d´avoir été aussi pistachée depuis mes années d´étudiantes !

Oui Solene et Ghislaine, l´épisode des sapinettes  á coté c´était de la pure rigolade !

4 malheureuses ciapi furent la cause de ma descente en enfer ! Je n ai pas pu me lever de la journée !

Nossa,  je l´ai choppé comment cette bourre au fait ?

 Je me souviens que tout avait formidablement bien commencé sur la plage d´Ipanema pour l´anniverssaire d´un ami  : coucher de soleil sublime, amis sympas, musique et caipi . A peine deux á ce moment lá !

C´est bon je ne suis plus une débutante, j´assure depuis le temps !

 Pourtant je me suis conduite comme une belle truche gringa ! Je le sais, je connais la régle : une côte de  ‘’beu ‘’et rien ne bouge ! Il faut manger ! 

Mais la magie de l´endroit et la bonne compagnie m´ont fait oublié mes bons principes !

Le pire c´est que nous sommes allés diner ! Je me rappelle bien de la caipi, des deux pauvres boulettes de bacalau avalées et de l´haleine de morue toute la soirée d´ailleurs aussi !

La morue c´est une certitude,  ça ne tient pas au corps  !

Partie pour partie, aucune envie de me coucher , nous avons terminé dans une soirée privée. Derniére caipi, ma quatrieme, celle qui m´a fait basculer dans mon lit sans me démaquiller, c´est jamais bon signe en général !

Réveil en cata :

- J´ai oublié de payer la nounou ! Merde j ai eu du mal á la trouver. C´est la seule dispo pour le 31 ! Elle ne voudra plus jamais revenir ! Pourquoi j ai bu  ?

- J´ai reglé la nounou tu ne t´en souviens pas ? 

- Heu non !  ouf elle va revenir.

- Punaise on a 4 enfants ? je ne m´en souviens pas non plus !  

- Non, deux sont á nous, les deux autres sont des amis.

- Ouf,  graças a deus  je suis rassurée !!!

Non, je ne me suis pas vu et heureusement mais une chose est sûre :  je ne toucherai plus jamais mais plus jamais de ma vie á la moindre caipi ni aux boulettes de morue !

 Je le jure sur ma tête, parole de polchtrone.