Blog

12. mars, 2018

Et ceux qui Partent !

C’est bien connu le monde des expats est un monde d’itinérants ! On bouge tout le temps, on est juste de passage quelque part.  

Je restais rarement plus de 3 ans dans un pays. Donc je partais… et les autres restaient. C’est plus simple de partir je crois bien, tu as l’excitation de découvrir de nouveaux horizons mais pour celui qui reste qu’en est-il ?

Tu en sais quelque chose Solène, tu es celle qui est restée à Bucarest.

Quand tes amis partent et que tu restes, une nouvelle expatriation en quelque sorte, redémarre au même endroit ! C’est exactement ça en fait, sans bouger d’endroit, tu dois réorganiser ta vie sociale !

Tu as beau vivre dans un endroit de rêve, tu as comme une boule au ventre, tu dois poursuivre ta vie non seulement loin de tous mais maintenant loin de tes compagnons de route aussi.

Tu dois faire sans, tu dois faire avec des nouveaux !

Tout le monde ne laisse pas un vide pour autant. Beaucoup sont partis and so what ? Faut être honnête et reconnaitre que certains tu ne les reverras jamais et ce n’est vraiment pas un souci !

Mais il existe des coups de cœur amicaux en expatriation, l’amitié évidente dès la première rencontre !!

Ce sont ceux avec lesquels tout colle parfaitement, avec lesquels tu partages de bons moments, des voyages, des mésaventures d’expatriés, des coups de blues, des fous rires et des gueules de bois !

Alors quand ces amis-là partent, forcement ça déboussole un peu ta petite vie d’expat bien rodée !  

Aussi avant le grand départ, on profite à fond des derniers moments ensemble, on fait le plein de resto, de soirées, de we, de caipi…. On fait comme si ces moments on ne les partagera plus !

C’est vrai quelque part, cela n’arrivera plus à cet endroit a priori !

Bref, il faut s’y faire et s’y préparer quand même !

Je me blinde et je me prépare ! Tout ira bien, je suis super indépendante, je suis quelqu’un qui fonctionne par projets : je sais que les mois passent vite et que ceux qui sont partis, je vais les retrouver rapidement ailleurs !

Donc todo bem n’est-ce pas ?

Enfin je crois, enfin peut-être bien, enfin je n’en sais trop rien car je n’ai jamais été celle qui reste !

Je suis partie, tu es restée, elle va partir et je vais rester… ainsi va la vie des expatriés ! Punaise !