16. avr., 2014

Apparemment je ne suis pas la seule à avoir eu ma part de stress hier, tu  as eu la tienne aussi !

Alors ce billet est un billet «  super spécial Solène ».  Je souhaitais  répondre à ton mail et je me suis dit que puisque j’ai créé un blog et qu’une rubrique est consacrée à  nos échanges, je pouvais profiter d’un billet pour le faire.

Dans ton mail, tu me disais que ton sale gosse Eloy avait encore fait des siennes ! Je me permets de le traiter de sale gosse car j’aime ce gamin, beau comme un prince, intelligent, gentil et poli mais je l’avoue, il ne fait que des conneries ! Qu’il avait encore séché  ses cours pour aller jouer au foot avec un copain et qu’il avait fini à l’infirmerie avec une fracture  du poignet et que  l’infirmière avait diagnostiquée en plus une  anémie ! Résultat : tu seras bientôt convoquée par le directeur, tu as  passé ton aprem à l’hôpital pour des radios et  à la pharmacie pour le plein de vitamines ! Eh bien quelle journée ! Nossa !

Moi qui pensais avoir passé une mauvaise journée, que mes sales gosses m’en avaient fait voir de toutes les couleurs (marron essentiellement) !

Je te raconte : nos toilettes « social » sont bouchées depuis 1 semaine. Avant de poursuivre, je m’arrête sur le terme social. Il faut savoir qu’au Brésil, il y a l’ascenseur social, les toilettes « social », les chemises « social ». Ce qui signifie qu’il y a dans chaque immeuble, un ascenseur social pour les maitres de maison et les invites et un ascenseur (non social) pour le personnel de maison et les livreurs. Il en va de même pour les toilettes.

 Revenons à mes toilettes, elles sont donc bouchées et j’ai interdit aux enfants de les utiliser (les pauvres chouchous ont chacun une chambre équipée de salle de bain avec toilettes) ! Consigne jusqu’à ce jour bien respectée ! Sauf qu'hier alors que j’étais en grande préparation culinaire, une Moqueca aux crevettes (spécialité de Bahia tu vas adorer avec du lait de coco, coriandre, crevettes…) pour mes parents qui arrivent demain, Oscar débarque dans la cuisine catastrophé  car tout remontait dans les toilettes ! Tout ! J’ai bien dit tout ! J’étais verte, orange, rouge ! Je lui hurle dessus  et lui ordonne d’aller tout nettoyer ! Qu’ai-je dit ! Il a tout mis dans la poubelle des toilettes ! Bref, j’ai fini de préparer ma Moqueca et je me suis paluchee le nettoyage des toilettes !  A peine avais-je tout nettoyé, je commençais à écrire mon billet que j’entends une chasse d’eau et Paz hurler que ça déborde ! Ras le bol, j’étais en larmes, j’ai traité mes sales gosses de tout ! Ça m’a soulagé ! Même pas le cœur gros aujourd’hui !

Bon, ma chère Solène on fait bien la paire !  En réponse à ton mail, tu es bien courageuse d’affronter  toute seule (ton mari étant à 3h de Bucarest la semaine) les bêtises de tes enfants avec autant de retenue, sans jamais te plaindre. Je t’admire ! Toujours à l’écoute de tout le monde et sans te forcer alors que tu as tes propres soucis ! Tu es une sainte, tu es gentille et bienveillante.  Alors quand je vois ton Eloy, je devine le bel adulte qu’il sera car j’imagine bien  que tu ne devais pas être bien sage toi non plus à son âge !